Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
   Inclure la bouquinerie
+ de critères

Rechercher parmi 28130 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Honoré de BALZAC Les Ressources de Quinola

20 000 €

Réf : 52101

Commander
en ligne

Imprimer la fiche

Poser une question

Honoré de BALZAC

Les Ressources de Quinola

Hippolyte Souverain, Paris 1842, 13,5x22cm, relié.


Edition originale rare.
 
Reliure en demi maroquin caramel, dos à cinq nerfs, contreplats et gardes de papier peigné, couvertures restaurées conservées, toutes tranches peignées.
Rousseurs.
 
Important envoi autographe signé d’Honoré de Balzac sur la page de faux-titre à son ami Laurent-Jan, dédicataire de Vautrin, modèle de Bixiou, de Léon de Lora et de nombreux autres personnages de La Comédie humaine.
Il fut pour Balzac à la fois son meilleur ami, son secrétaire fondé de pouvoir, son nègre littéraire et peut-être même… son « dilectus ».
 
« ... le singulier fait de l’inventeur qui fit manœuvrer à Barcelone, au XVIème siècle un vaisseau par la vapeur, et qui le coula devant trois cent mille spectateurs sans qu’on sache ce qu’il est devenu, ni le pourquoi de cette rage. Mais j’ai deviné le pourquoi et c’est ma comédie. » (lettre à Mme Hanska)
 
Les Ressources de Quinola, c’est tout à la fois Les Fourberies de Scapin et Les Noces de Figaro. L’ambition de Balzac à partir des années 1840 et jusqu’à sa mort fut en effet de conquérir une renommée semblable à celle de ses illustres prédécesseurs. Espoir aussi vain que tenace, il ne douta pourtant jamais, échec après échec, de l’imminence de son succès.
Peut-être l’auteur de La Comédie humaine pensait-il que le principal ressort comique tient au personnage principal et à ses réparties cinglantes. Or justement, ce personnage, cet arlequin féroce et éloquent, Balzac le connaissait bien, il se nommait Laurent-Jan et ce fut le plus proche et le plus fidèle ami des dernières années de sa vie. 

Bien que la majeure partie de leur correspondance semble avoir disparu, on estime que leur rencontre est antérieure à 1835. (Albéric Second fait mention d’un diner rue Cassini où Balzac demeura de 1829 à 1835).

 
Personnage excentrique et provocateur, Laurent-Jan occupe une place de choix dans la vie de bohème que Balzac mène durant ces années avec notamment Léon Gozlan, Charles Lassailly, Paul Gavarni et Albéric Second, auprès desquels l’écrivain « s’encanaille avec plaisir et profit » (Maurice Regard, Balzac et Laurent-Jan).
Tous sont restés discrets sur les « excès » de ces années tumultueuses dont on conserve pourtant d’éloquentes traces dans leurs correspondances, comme cette missive dans laquelle Balzac invite Gavarni à une soirée chez Laurent-Jan pour « [s]’élonger un brin une chotepis très bien habillée » signée « TicTac dit vit d’ours ». Laurent-Jan fut le principal organisateur de ces orgies balzaciennes, dans sa demeure du 23 rue des Martyrs,  qui ont inspirées quelques scènes de la Comédie Humaine :
« Le sérail offrait comme le salon d'un bordel des séductions pour tous les yeux et des voluptés pour tous les caprices. Il y avait une danseuse nue sous des voiles de soie, des vierges factices, mais qui respiraient une religieuse innocence, des beautés aristocratiques, fières mais indolentes, une anglaise blanche et chaste des jeunes filles engageant la conversation en assénant quelques vérités premières comme : - La vertu, nous la laissons aux laides et aux bossues ! » (cf. Hervé Manéglier, Les artistes au bordel, 1997)

Ces années folles coïncident dans l’œuvre de Balzac avec la création de personnages sexuellement ambivalents ou clairement homosexuels comme Zambinella et Séraphita les androgynes, Raphaël de Valentin qui a « une sorte de grâce efféminée », Louis Lambert, « toujours gracieux comme une femme qui aime », Lucien de Rubempré, et surtout celui que l’on considère aujourd’hui comme le premier homosexuel de la littérature française : Vautrin.
Au regard de cet intérêt particulier pour les différentes formes de sexualité dont témoigne La Comédie humaine durant les années 1830 à 1836 (ni avant, ni après si l’on en croit Maurice Regard), de nombreux critiques se sont intéressés à la sexualité de Balzac durant cette période lors de laquelle l’écrivain connut la presque totalité de ses jeunes collaborateurs.
Ainsi S. J. Bérard et P. Citron s’interrogent-ils sur les surprenantes saillies qui parsèment la correspondance de Balzac avec ses jeunes « protégés ». « Vous qui m’envoyez faire foutre […], vous me prenez […] par le sentiment que j’ai pour vous, venez donc vous faire foutre ici ; et au plus vite » écrit-il à Latouche. Plus étranges encore, ses correspondances avec Eugène Sue se concluent par des formules pour le moins étonnantes : « à vous de glande pinéale » ; « à vous de périnée » ; « j’admire votre prépuce et je suis le vôtre » …
 
On n’a retrouvé aucune correspondance avec Laurent-Jan avant 1840, mais à cette date, celui-ci lui adresse des lettres s’ouvrant sur un « très aimé » ou « mon chéri » et s’achevant par un explicite « je me presse sur ton gros sein ».
D’après les allusions de certains de ses contemporains, la double sexualité de Balzac semble avérée. Albéric Second compare ses relations masculines à celles de Nisus et Euryale,  Roger de Beauvoir le surnomme « Seraphitus », et Edward Allet légende sa caricature de Balzac : « le R.P. dom Seraphitus culus mysticus Goriot (…) conçoit (…)  une foule de choses inconcevables et d’incubes éphialtesticulaires. » [Référence à Ephialte qui prit à Revers Léonidas aux Thermopyles].
 
Pour les critiques actuels en revanche, la question de ce que Pierre Citron nomme « l’ambisexualité » de Balzac, reste posée. Parmi les hypothèses avancées par P. Citron, S. J. Bérard ou P. Berthier, les relations de Balzac avec Laurent-Jan, auquel on ne connaîtra pas d’aventures féminines, concordent avec l’hypothèse d’une homosexualité active ou fantasmée de Balzac.
Si l’on ajoute que la pièce Vautrin est dédiée à Laurent-Jan – pour le remercier, écrira Gautier, d’avoir « sérieusement mis la main à la pâte » – Laurent-Jan apparaît comme une des principales figures liées aux « zones obscures de la psychologie de Balzac » (titre de l’étude que Pierre Citron consacre à ce sujet).
à partir de 1841, la correspondance entre Balzac et Laurent-Jan s’avère moins ambiguë, et les excès de langage font place aux déclarations d’amitié et d’admiration réciproques jusqu’à la mort du Maître dont Laurent-Jan signe le 18 août 1850 l’acte de décès.
Durant ces dix dernières années, celui que Gozlan considérait comme le « meilleur ami de Balzac » et Philibert Audebrant comme  « le bras droit de l’auteur de La Comédie humaine » fut plus particulièrement le principal partenaire de Balzac dans sa grande aventure théâtrale, passion qui allait consumer le romancier endetté en quête de reconnaissance et de succès financier.
 
Théophile Gautier relate qu’en 1840, lorsque Balzac le convie avec Laurent-Jan, Ourliac et de Belloy à lui écrire la pièce Vautrin qu’il a déjà vendue au théâtre de la Porte-Saint-Martin mais pas encore composée, seul Laurent-Jan se prête au jeu : « Balzac a commencé par me dire, en parlant de Vautrin, votre pièce puis, peu à peu, notre pièce et enfin... ma pièce. »
 
Laurent-Jan héritera toutefois d’une prestigieuse dédicace imprimée, un honneur qu’il partage avec quelques illustres contemporains dont Victor Hugo, George Sand ou Eveline Hanska, auxquels Balzac dédia également certaines de ses œuvres.
L’interdiction de la pièce ne décourage pas Balzac qui persiste dans son rêve de fortune théâtrale, avec la collaboration active et enthousiaste de Laurent-Jan auquel le Maître confie l’écriture, la correction ou la réécriture de nombreuses pièces et ouvrages : Lecamus, Monographie de la presse parisienne, Le Roi des mendiants (« un scénario superbe pour une pièce à deux »), etc.
« Aussi recevras-tu plusieurs scénarios qui pourront occuper tes loisirs, car je veux ta collaboration » lui écrit Balzac de Wierzchownia en 1849.
L’année précédente, avant son départ en Pologne, Balzac avait officialisé cette collaboration par une procuration littéraire à Laurent-Jan établie le 19 septembre 1848 : « Je déclare avoir investi Monsieur Laurent-Jan de tous mes pouvoirs, en tout ce qui concerne la littérature. […] Il pourra faire les coupures ou les ajouts, enfin tous les changements nécessaires ; […] Enfin il me représentera entièrement. »
Laurent-Jan accomplira sa mission avec le plus grand sérieux comme en témoignent ses multiples échanges avec le malheureux démiurge. Balzac ne connaîtra
jamais le succès espéré, contrairement à ses amis Dumas et Hugo auxquels il se compare pourtant, même dans l’échec. Ainsi, après le four des Ressources de Quinola, écrit-il à Mme Hanska :
« Quinola a été l’objet d’une bataille mémorable, semblable à celle d’Hernani. » Dont acte !
Le 10 décembre 1849, c’est un Balzac presque mourant qui associe encore Laurent-Jan à tous ses projets dans une lettre admirable de courage et d’espoir : « Allons mon ami, encore un peu de courage, et nous nous embarquerons sur la galère dramatique avec de bons sujets, pour aller vers les terres de Marivaux, de New-Beaumarchais, et de la nouvelle Comédie ».
 
Il est très probable que le personnage de Quinola soit en partie inspiré de cet ami fidèle et admiré de Balzac qui concluait ses lettres de « mille amitiés » ; « tout à toi de cœur » ou « ton maître respectueux et fier de son prétendu valet » (en réponse au titre que s’attribuait Laurent-Jan).  Cet homme d’un esprit aussi brillant que vain ne produisit aucune œuvre digne de ce nom mais fut sans doute une source d’inspiration considérable pour Balzac qui lui doit nombre de « bons mots » ponctuant ses œuvres. Dans La Comédie humaine en particulier, Bixiou et Léon de Lora, sont directement inspirés de ce bohème excentrique, mais au-delà de ces deux personnages, écrit Maurice Regard : « Bien des ombres balzaciennes accompagnent ce vieux corps bossu et sec : Schinner, Steinbock, Gendrin » lui doivent « un peu d’eux même [et] beaucoup de leur esprit ».
 
Balzac n’aura de cesse de communiquer à ses proches l’indéfectible affection qu’il éprouve pour son « misanthrope sans repentir » qui n’eut pas toujours bonne presse.
« Il vaut mieux que ses apparences. Moi je l’aime beaucoup et sérieusement » (lettre à Laure de Surville).
 
Quelques jours avant la mort de son mari, Eve de Balzac rapportait encore à sa nièce Sophie de Surville, l’effet salvateur des visites de son dilectus.
 « Votre oncle va beaucoup mieux, il a été fort gai, fort animé, toute la journée, et je l’attribue à une bonne visite de notre ami Laurent-Jan, qui a été plus éblouissant que jamais hier soir – il nous a fasciné véritablement, et mon cher malade a répété plusieurs fois hier et aujourd’hui : « avouez qu’on n’a pas plus d’esprit que ce garçon ».
 

20 000 €

Réf : 52101

Commander
en ligne

Assistance en ligne