Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Kontakt - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Alte Bücher - Bibliophilie - Kunst


Verkauf - Einschätzung - Einkauf
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Erste Ausgabe
   Signiert
   Idée cadeaux
+ mehrere Kriterien

Suchen durch 31388 seltene Bücher :
erste Auflagen, alte Bücher von dem Inkunabel bis dem XVIII Jahrhundert, moderne Bücher

Detailsuche
Anmeldung

Verkaufskonditionen


Bezahlungsmitten :

Sichere Zahlung (SSL)
Checks
Trasferimento bancario
Verwaltungsmandat
(FRANKREICH)
(Museum und Bibliotheken)


Lieferungsfristen und -preise

Verkaufskonditionen

Erste Ausgabe

Jacques d' ADELSWÄRD-FERSEN & Laurent TAILHADE & Emile VERHAEREN & Renée VIVIEN & COLETTE & Jean MOREAS & Henri BARBUSSE & Arthur SYMONS & Paterne BERRICHON & Jules BOIS & Tristan DEREME & Léon DEUBEL & André du FRESNOIS & René GHIL & Tristan KLINGSOR & Ernest LA JEUNESSE & LEGRAND-CHABRIER & Louis MANDIN & Filippo Tommaso MARINETTI & Francis de MIOMANDRE & John-Antoine NAU & Maurice de NOISAY & Julien OCHSE & Edmond PILON & Ernest RAYNAUD & André SALMON & Valentine de SAINT-POINT & Robert SCHEFFER & Tancrède de VISAN Akademos, Revue mensuelle d'art libre et de critique Collection complète des douze numéros en tirage de tête

Jacques d' ADELSWÄRD-FERSEN & Laurent TAILHADE & Emile VERHAEREN & Renée VIVIEN & COLETTE & Jean MOREAS & Henri BARBUSSE & Arthur SYMONS & Paterne BERRICHON & Jules BOIS & Tristan DEREME & Léon DEUBEL & André du FRESNOIS & René GHIL & Tristan KLINGSOR & Ernest LA JEUNESSE & LEGRAND-CHABRIER & Louis MANDIN & Filippo Tommaso MARINETTI & Francis de MIOMANDRE & John-Antoine NAU & Maurice de NOISAY & Julien OCHSE & Edmond PILON & Ernest RAYNAUD & André SALMON & Valentine de SAINT-POINT & Robert SCHEFFER & Tancrède de VISAN

Maxwell ARMFIELD & Henri Saulnier CIOLKOWSKI & Léonard SARLUIS & Bernardino LUINI & Giovanni Antonio BAZZI & Gustave MOREAU & Léonard de VINCI & RAPHAEL & José de RIBERA & Francisco de GOYA & Pierre Paul RUBENS & LE CORREGE

Akademos, Revue mensuelle d'art libre et de critique Collection complète des douze numéros en tirage de tête

Albert Messein, Paris 15 janvier 1909-15 décembre 1909, 22x25cm, 12 livraisons reliées en quatre volumes.


« Akademos restera donc une création éphémère, geste précurseur qui marquera l'histoire du mouvement homosexuel et le début du xxe siècle. »



 
Édition originale complète des 12 livraisons de cette luxueuse et éphémère revue fondée et dirigée par Jacques d'Adelswärd-Fersen, un des rarissimes exemplaires sur japon, seuls grands papiers, com­portant quatre états des gravures en couleurs.
Reliures en demi-percaline sable, pièces de titre en maroquin brun, plats de papier marbré, dos et couvertures conservés pour chaque numéro, bel exemplaire à toutes marges.
Notre exemplaire comporte bien les quatre états en couleurs réservés aux exemplaires de luxe, tirés sur divers papiers, de chacune des 23 héliogravures d'esthétique Arts & Crafts, symboliste, Renaissance, Art Nouveau et antique, d'après Maxwell Armfield, Henri Saulnier Ciolko­wski, Léonard Sarluis, Bernardino Luini, Giovanni Antonio Bazzi, Gustave Moreau, Raphaël, Léonard de Vinci, Pollaiolo, le Corrège, Piero de la Francesca, Rubens, Jose de Ribera, Francisco Goya, Mederhau­sem Rodo, Cardet, et des statues et stèles du musée de Naples et d'Athènes.
L'élégante maquette de couverture est signée George Auriol, maître de la typographie Art Nouveau.
Contributions de Laurent Tailhade, Émile Verhaeren, Renée Vivien, Colette Willy, Joséphin Peladan, Jean Moréas, Henri Barbusse, Arthur Symons, Jacques d'Adelswärd-Fersen, J. Antoine-Orliac, Paterne Berri­chon, Jules Bois, Jean Bouscatel, Tristan Derème, Léon Deubel, André du Fresnois, Maurice Gaucher, René Ghil, Henri Guilbeaux, J.-C. Holl, Tristan Klingsor, Ernest La Jeunesse, Gabriel de Lautrec, Abel Léger, Legrand-Chabrier, Louis Mandin, Filippo Tommaso Marinetti, Francis de Miomandre, John-Antoine Nau, Maurice de Noisay, Julien Ochsé, Ed­mond Pilon, Ernest Raynaud, André Salmon, Valentine de Saint-Point, Robert Scheffer, Tancrède de Visan...
 
Très bel exemplaire sur japon, d'une extrême rareté, de la première revue homosexuelle française.
 

Ce n'est qu'en 1869 qu'apparaît le terme « homosexuel », dans les échanges épistolaires entre les journa­listes et juristes allemands Karl Heinrich Ulrichs et Karl-Maria Kertbeny. Leurs écrits attestent des premières tentatives de décrire l'attraction physique envers le même sexe, non pour condamner l'acte, mais pour faire accepter une autre forme de sexualité aux yeux de la société.
En effet, si les relations homosexuelles sont un élément constitutif des sociétés humaines depuis l'origine, elles ont long­temps été abordées sous l'angle unique de la relation charnelle. Stigmatisé, l'acte sexuel inverti est tour à tour codifié, to­léré ou sévèrement condamné à travers les époques et les cultures, mais jamais interprété sous l'angle d'une attirance exclusive. Ainsi, la France, premier pays à dépénaliser l'homosexualité, supprime en 1791 le « crime de sodomie » dans le Code pénal, mais il faudra attendre la seconde partie du XIXe siècle pour qu'émerge la conscience d'une véritable identité homo­sexuelle comme le décrit Michel Foucault dans son Histoire de la sexualité :
« L'homosexuel du XIXe siècle est devenu un personnage : un passé, une histoire et une enfance, un caractère, une forme de vie ; une morphologie aussi, avec une anatomie indiscrète et peut-être une phy­siologie mystérieuse. Rien de ce qu'il est au total n'échappe à sa sexualité. Partout en lui, elle est présente [...] Elle lui est consubstantielle, moins comme un péché d'habitude que comme une nature singu­lière. Il ne faut pas oublier que la catégorie psychologique, psychiatrique, médicale de l'homosexualité s'est constituée du jour où on l'a caractérisée [...] moins par un type de relations sexuelles que par une certaine qualité de la sensibilité sexuelle, une certaine manière d'intervertir en soi-même le masculin et le féminin. L'ho­mosexualité est apparue comme une des figures de la sexualité lorsqu'elle a été rabattue de la pratique de la sodomie sur une sorte d'androgynie intérieure, un hermaphrodisme de l'âme. Le sodomite était un relaps, l'homosexuel est mainte­nant une espèce. »
 



LES PRÉCURSEURS



C'est dans ce contexte que naissent, sous la plume de Balzac, des personnages as­sumant pleinement leur autre sexualité, notamment Zambinella, Seraphita et sur­tout Vautrin, considéré comme le premier homosexuel de la littérature française. Ce­pendant que Baudelaire qui voulait initia­lement titrer ses Fleurs du Mal : « les Les­biennes » est condamné pour ses poèmes, Lesbos et Femmes damnées, célébrant les amours féminines.
Car en sortant de la marginalité et en obtenant une forme de reconnaissance, les hommes et femmes homosexuels se trouvent confrontés aux regards critiques et aux stigmatisations caricaturales.
Quelques écrivains, tels que Georges Eekhoud ou Renée Vivien, proclament littérairement leur homosexualité. D'autres, comme Oscar Wilde, l'assu­ment publiquement, mais ne laissent que discrètement transparaître leur orien­tation dans leur œuvre. Plusieurs conti­nuent à taire leurs véritables appétences, pour s'assurer respectabilité et recon­naissance littéraire. Parmi eux, Proust et Montesquiou deviennent alors la cible de la plume assassine et fière de Jean Lorrain, « en-philanthrope » proclamé : « Mort, Yturri te salue, tante » écrit-il à Montes­quiou, par voie de presse, à la mort de son amant, Gabriel Yturri. De pareilles – et véridiques – insinuations sur Lucien Daudet vaudront à Lorrain un célèbre duel avec Marcel Proust.
 



CHASSE AUX SORCIÈRES



D'Adelswärd-Fersen, né en 1880, grandit au cœur de cette révolution des mœurs et vit les terribles conflits intérieurs entre désir per­sonnel et morale institutionnelle, entre repré­sentation sociale et liberté intime. Si la France représente un espace de liberté bien supérieur à ses voisines, le jugement de la société reste profondément hétéronormé.
Le fameux paragraphe 175 du nouveau Code pénal allemand condamnant en 1871 les « actes sexuels contre nature » dans tout l'Empire ou la condamnation d'Oscar Wilde aux travaux for­cés en 1895, soulèvent l'indignation des homo­sexuels déclarés et l'inquiétude silencieuse des autres. Le monde littéraire n'est pas épargné. En 1900, G. Eekhoud est poursuivi pour Es­cal-Vigor, premier roman à parler ouvertement et positivement d'amours masculines. En 1902 Friedrich Alfred Krupp se suicide à la suite du scandale de présumées « orgies sexuelles » de Capri. L'année suivante, d'Adelswärd-Fersen, tout juste majeur, est accusé à son tour de pra­tiquer des « messes noires » avec de jeunes ado­lescents et la participation de l'aristocratie.




De la chasse aux sorcières médiévale aux théories complotistes modernes, l'accusation de rite satanique est un to­pos des constructions fantasmatiques des sociétés confrontées aux différentes expressions de l'altérité.




Fersen avait d'ailleurs offert à ses juges le modèle litté­raire de leur accusation. C'est en effet par la publication en 1902, de L'Hymnaire d'Adonis : à la façon de M. le marquis de Sade, qu'il attire l'attention du Parquet. Et s'il n'écope que de six mois de prison, pour des faits qui seraient aujourd'hui bien plus sévèrement jugés, c'est qu'on lui reproche plus l'expression publique et littéraire de sa sexualité que ses malsaines mises en scène érotiques d'adolescents en te­nues antiques.
Profondément affecté par le déchaînement mé­diatique et le violent rejet de l'homosexualité dont il témoigne, Fersen publie en 1905 : Messes noires. Lord Lyllian, roman à clefs s'inspirant de son histoire et mettant en scène les sommités homosexuelles de la fin du XIXe siècle : Oscar Wilde, Lord Alfred Douglas, John Gray, Jean Lorrain, Joséphin Peladan, Achille Essebac, Robert de Montesquiou, Friedrich Krupp et Fersen lui-même.
L'intention du jeune poète de 25 ans n'est plus seulement artistique, elle est devenue politique. D'Adelswärd-Fersen devient ainsi l'un des précurseurs du combat pour la reconnaissance et l'ac­ceptation de l'homosexualité dans la so­ciété moderne.
C'est ainsi que naît le projet d'Akademos. S'il s'inspire ostensiblement de la revue allemande d'Adolf Brand, Der Eigene, Fersen est bien plus ambitieux et souhaite entraîner avec sa revue, une mutation des mentalités. Aussi s'intéresse-t-il à des fi­gures plus engagées comme le scientifique allemand Magnus Hirschfeld, qui crée en 1897 avec l'écrivain Franz Joseph von Bülow, le Comité scientifique humani­taire (« Wissenschaftlich humanitäre Ko­mitee », WhK), première organisation de défense des droits des homosexuels.
À la fin de l'année 1907, de la Villa Ly­sis à Capri, Fersen écrit ainsi à Georges Eekhoud :
« La permission fort aimable que vous m'avez donnée d'écrire à Hirschfeld sous votre égide sera mise à profit. Je ne connaissais après mes passages en Alle­magne que Brand et son Eigene. D'autre part, j'attendais, afin de correspondre avec les chefs allemands du parti, la réalisation d'un projet à moi, que j'ose vous confier : je voudrais, n'ayant d'ailleurs comme titre suffisant que l'orgueil de nos idées et une ardeur indicible à les savoir moins méconnues, fon­der à Paris, en février prochain, une revue d'art, de philosophie, de lit­térature, dans laquelle petit à petit pour ne pas faire d'avance un scan­dale, on réhabilite l'autre Amour. J'espère, cher monsieur Eekhoud, que vous nous ferez l'honneur, un jour, de votre compagnie et de ce talent, univer­sel aujourd'hui, qui vous range parmi les apôtres du « mouvement ». Dans tous les cas, je vous remercie pour la sympathie si délicatement exprimée, pour les espoirs que nous partageons, pour les bonheurs décrits, que tous les deux, nous avons, en marge des autres, savourés. »
 



DER EIGENE : L'ANTI-MODÈLE



Si Der Eigene, publiée dès 1896, est la première revue homosexuelle eu­ropéenne et le modèle proclamé d'Akademos, elle ne poursuit pas les mêmes buts, et ne se construit pas sur le même modèle artistique et politique.
Présentée comme une source de docu­mentation des activités de nudisme et de l'histoire de l'art, la revue de l'activiste Adolf Brand ne prône pas un boulever­sement social, mais une réinterprétation historique des relations hommes/femmes. Se proclamant d'un nouvel hellénisme, il s'appuie sur les usages de la pédérastie antique grecque pour réunir une commu­nauté d'esprit viriliste, et tente de démontrer, au fil des contributions, la supé­riorité esthétique et éro­tique du corps masculin dans l'histoire de l'art et des mœurs.
« Didier Eribon sou­ligne de quelle manière les thèses masculinistes de Brand relèvent d'une conception universaliste de la sexualité […], mais aussi d'une vision misogyne peu encline au changement social. L'étude du masculinisme homosexuel renvoie aussi à la construction d'une image de l'homme pensée comme outil de domination sociale envers les minorités de genre, de classe et de race. […] la domination masculine se traduit […] par l'exaltation des vertus morales et physiques de l'homme-ma­chine ». Paradoxalement, la première revue homosexuelle épouse les codes de l'idéologie émergente. Dès 1903, « Brand quitte l'organisation du WhK d'Hirschfeld et fonde la Communauté des spéciaux (« Gemeinschaft der Eigenen », GdE). In­fluencé par le contexte de la Lebensreform, il exalte la virilité adolescente et la maî­trise de soi dans la nature. Il organise des camps collectifs, des marches sportives et des séances de nudisme, en accord avec les pratiques des Wandervogel, ces regroupe­ments d'adolescents qui alimenteront les rangs des jeunesses hitlériennes à la fin des années 1920. » (Damien Delille, Homoé­rotisme et culture visuelle dans les revues Der Eigene et Akademos)
 



AUTRE AMOUR, AUTRE CULTURE



Akademos procède d'une tout autre philosophie. Pour Fersen il est moins question d'exalter la virilité issue de l'Antiquité que d'explo­rer une vision littéraire de l'homo­sexualité héritée du symbolisme décadentiste. La ligne éditoriale de la revue est parfaitement exprimée dans une nouvelle lettre à Eekhoud.
« Villa Lysis, 4 août 1908
« Cher Monsieur Eekhoud,
« En décembre ou en janvier dernier, je crois, nous avons parlé d'un projet de re­vue que nous voulions fonder des amis et moi avec l'aide de l'éditeur Messein. Il s'agissait – sans donner de prime abord à la publication un parti pris, une étiquette, une allure de combat – d'arriver à mettre en lumière la question de la liberté passion­nelle – les différentes théories sensuelles. Il s'agissait en quelques mots de dé­fendre l'Autre Amour, par le souve­nir des temps passés, par les espoirs des temps présents. Akademos est main­tenant une chose décidée. Revue mensuelle (que nous espérons plus tard faire paraître tous les quinze jours) elle comprendra dans chaque numéro un roman (à suivre), deux ou trois nouvelles, deux poèmes, deux pages de musique, un courrier de Paris, cri­tique des livres, critique des théâtres, une critique d'art [et] une lettre de l'étranger. De temps à autre un article de philosophie, de médecine, de jurisprudence. Akademos enfin, contiendra outre la couverture, deux hors texte, reproduction d'une œuvre an­tique ou moderne (sculpture, architecture, peinture ou paysage). »
 
Akademos s'affirme dès l'origine comme une revue humaniste et un espace de tolérance, à travers le­quel la figure de l'homosexuel(le), sa sensibilité spécifique, son art de
vivre et l'expression artistique de sa différence puisse s'inscrire dans une quête de modernité esthétique et littéraire.
 



ADAM L'ANDROGYNE



Si Fersen et ses contributeurs cherchent dans l'art antique une lé­gitimité historique, c'est plus pour en extraire une source d'inspiration et offrir une ascendance esthétique à la nouvelle figure artistique que promeut Akademos : l'Androgyne.
À l'opposé de la polarité sexuelle défen­due par Eigene, la figure de l'androgyne se pose comme une réconciliation entre les genres et une défense de l'indétermina­tion sexuelle.
Au-delà de la représentation mêlant fé­minin et masculin, l'androgyne acquiert dans la revue de Fersen une dimension nouvelle, politique et avant-gardiste.
C'est ainsi dans Akademos que l'on trouve, sous la plume de Joséphin Peladan, la première remise en question de l'identité de genre, et les prémices d'une théorie du non-binaire.
« L'Amour n'est donc plus pour le lecteur "un sentiment d'affection d'un sexe pour l'autre", mais le sentiment d'affection de l'être humain pour lui-même, qui se ma­nifeste communément, mais non essen­tiellement, selon la polarisation sexuelle. Sans doute pour la correspondance des formes, l'amour peut se nommer l'at­traction d'un sexe pour l'autre. Mais l'âme, quelle part a-t-elle dans la division sexuelle ? Nous avons aperçu Elohim, pre­nant un côté d'Adam, par une section ver­ticale […] Adam androgyne avait donc une âme et un esprit androgyne : et la femme serait la moitié animique et la moitié spiri­tuelle de l'homme, comme elle est sa moi­tié physique ? Les théologiens, en concile, se sont posé cette question. En isolant Aïscha de Aisch, Iohah lui a-t-il donné une âme personnelle, ou a-t-il dédoublé l'âme, comme il a fait pour le corps ?
Ce dédoublement a-t-il été radical, isolant le passif de l'actif ? Ou bien l'âme a-t-elle conservé son androgynisme ? En ce cas l'esprit seul attesterait le sexe intérieur. » (Joséphin Peladan, « Théorie amoureuse de l'androgyne. De l'amour », Akademos, n° 6, juin 1909)
 



UNE ACADÉMIE SANS EXCLUS



Là où Brand prônait la guerre des sexes, Fersen célèbre leur consubs­tantialité. Refusant tout clivage, il ouvre, dès le premier numéro, sa revue aux écri­vaines lesbiennes et libérées, dont Co­lette, Renée Vivien et Annie de Pène, mais également aux écrivains de toutes sensi­bilités. Des auteurs aussi disparates que Maxime Gorki, André Salmon, Marinetti, J.-H. Rosny aîné, Arthur Symons, Henri Barbusse et Léon Tolstoï côtoient les écri­vains explicitement engagés dans la cause homosexuelle. Comme l'écrit Nicole G. Albert : « Certes Fersen s'adresse aux membres de « l'Autre Amour » et conçoit Akademos comme un lieu de ralliement, voire de résistance, mais il ne veut pas les cantonner à la marginalité et vise, de fa­çon utopique, à créer une académie sans exclus, c'est-à-dire à attirer un lectorat beaucoup plus large afin de dédiaboliser, faute de la banaliser, l'homosexua­lité. » (Albert, Nicole G. « Réédition d'Akademos : la renaissance d'une revue pionnière », La Revue des revues, vol. 68, no. 2, 2022)
 



ICONOGRAPHIE D'UNE SUBCULTURE



L'iconographie de la revue joue ici un rôle fondamental. Affranchie de toute fonction illustrative, elle développe sa propre identité et définit les nouveaux codes de l'ho­moérotisme créant des images qui « alimente[nt] la création d'une subculture homosexuelle, à même de soutenir le partage des sensibi­lités et d'imaginer des alternatives aux normes sociales de genre. »
Le soin apporté à la réalisation de ces gra­vures à pleines pages, sur un papier spécial et tirées en quadruple état dans les exem­plaires de luxe, témoigne de la particulière attention portée par Fersen à cette autre expression de la sensibilité homosexuelle. De futures icônes de la culture gay sont ainsi, pour la première fois, présentées dans une optique homoérotique, comme l'An­tinoüs Farnèse, le Saint Sébastien de Ribera ou Le Jeune Violoniste de Raphaël.
Mais c'est dans les œuvres modernes que la nouvelle imagerie homosexuelle prend véritablement forme : le poignet cassé et les costumes dandy du caricaturiste Moya­no, la gestuelle du fascinant androgyne de Léonard Sarluis intitulé Inquiétude, dont l'œuvre originale n'a pas été retrouvée, le Iacchos de Maxwell Armfield et surtout les compositions d'Henri Saulnier Ciolk­owski dont « le style ou le pinceau effilé aux doigts – les soies furent sûrement ar­rachées à la perruque d'une irréprochable poupée d'Asie – attaque, ô consciencieux, la tablette blanche. » (André Thévenin, « Un adepte du noir et blanc : Ciolko­wski », Akademos, n°9). 




« L'homoérotisme devient un moyen de contourner l'interdit sexuel et de le sublimer par l'art » (Damien Delille)




Parallèlement, et en réaction directe à la revue de Fersen, prend forme dans les médias réaction­naires, une imagerie violente, caricature de celle d'Akademos. C'est notamment en février 1909 qu'apparaissent dans un nu­méro spécial de la revue de L'Assiette au beurre intitulé « Les p'tits jeun' hommes » et portant en couverture une caricature de Fersen, plusieurs des stéréotypes vi­suels scellant la rhétorique naissante de l'homophobie.
 



LE SUICIDÉ DE LA COMMUNAUTÉ



La plus signifiante et émouvante de ces gravures est cependant une simple pho­tographie qui illustre le premier numé­ro d'Akademos. Il s'agit du portrait de Raymond Laurent, jeune poète et amant de Longhorn Whistler, neveu présumé d'Oscar Wilde, qui s'est donné la mort le 24 septembre 1908 à Venise. Plus qu'un hommage, la photographie de ce Phœbus moderne s'offre en figure tutélaire de la revue, Christ païen portant tout à la fois l'espoir et la tragédie du « troisième sexe » :
« Mais ne faites point de ce suicide un crime à la littérature. Laurent s'est tué. Le revolver lui a été mis au poing par une époque où la maison Tellier est la seule ex­pression d'âme permise. Il y a des façons de syvetonner les âmes d'élite : c'est par les préjugés » (d'Adelswärd-Fersen, sous le pseudonyme de Sonyeuse, Akademos, n° 1).
Dès son premier numéro, Akademos fut accueilli avec respect et admiration par le monde littéraire, comme en témoigne cet éloge de Charles-Henry Hirsch dans le Mercure de France : « Akademos […] est une revue somptueuse, imprimée avec luxe et bon goût. Toutes les belles choses n'ont heureusement pas un destin court et il faut souhaiter la durée à ce nouveau re­cueil. ». Malgré la confiance et la volonté de Fersen, sa revue ne survivra qu'une an­née, non en raison d'une censure ou d'une campagne de dénigrement, mais du fait même des principaux intéressés par cette courageuse, mais trop précoce tentative de révolution des mœurs :
« Les abonnements sont d'une rare­té dérisoire, et pour la raison simple que l'on considère dangereux de s'abonner... Au lieu de m'aider, toute une catégorie bien peu indulgente et nullement intellectuelle d'adonisiens me tourne le dos – est-ce par habitude ? dirait un plaisantin. […] il reste la volonté de conti­nuer la tâche, et l'espoir de former un parti. » (Lettre à G. Eekhoud, 9 mai 1909)



« Réédition d'Akademos : la renaissance d'une revue pionnière », Albert, Nicole G. in La Revue des revues
L'œil inverti. Homoérotisme et culture visuelle dans les revues Der Eigene et Akademos. Par Damien Delille in Images Re-vues
Les deux premières revues homosexuelles de langue française : Akademos (1909) et Inversions/L'Amitié (1924-1925) Par Mirande Lucien in La Revue des revues 2014/1 (N° 51)
Sommaire d'Akademos, sur le blog bibliographique Les Petites Revues

15 000 €

Réf : 82965

bestellen

Buch


On-line Hilfe