Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - USA (206) 673 123  - Contact us - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Antique books - Bibliophily - Art works


Sell - Valuation - Buy
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Advanced search
Registration

Sale conditions


Payment methods :

Secure payment (SSL)
Checks
Bank transfer
Administrative order
(FRANCE)
(Museums and libraries)


Delivery options and times

Sale conditions

Signed book

Robert ANTELME L'espèce humaine

Robert ANTELME

L'espèce humaine

Robert Marin, Paris 1947, 14,5x19,5cm, broché.


Nouvelle édition originale pour laquelle il n'a pas été tiré de grands papiers et revêtue des nouvelles couvertures.
Emouvant et très rare envoi autographe signé de Robert Antelme : "Pour Gaston Réhy pour le souvenir de notre même expérience, en souvenir de l'action quaszi désespérée qu'il a menée parmi nous, en toute fraternité, affectueusement. Robert Antelme."
« Il n'y a pas d'espèces humaines, il y a une espèce humaine. C'est parce que nous sommes des hommes comme eux que les SS seront en définitive impuissants devant nous. ».
Cet ouvrage fondamental sur l'expérience des camps nazis fut la troisième et dernière publication de l'éphémère maison d'édition fondée par Marguerite Duras et Robert Antelme, son mari de 1940 à 1946.
Passé inaperçu lors de cette première parution confidentielle, seuls quelques exemplaires furent vendus, il fut remis en vente l'année suivante sous de nouvelles couvertures par Robert Marin. L'ouvrage souffrira de la concurrence des nombreux écrits sur le sujet parus immédiatement après guerre. Pourtant, comme le relate F. Lebelley, « à une époque où les récits abondent, la puissance particulière de ce livre-là, d'une sobriété première, bouleverse tel un texte fondateur. Livre d'écrivain aussi qui a pris, reconnaît Duras, ‘‘le large de la littérature''. Robert Antelme n'en écrira jamais d'autre. Malgré les éloges et les honneurs, L'Espèce humaine restera l'œuvre unique d'une vie » (in Duras, ou le Poids d'une plume).
Grâce à l'intervention d'Albert Camus, l'ouvrage reparaît dix ans plus tard, en 1957, chez Gallimard et connaît alors une diffusion plus large.
Dès lors, ce livre s'inscrit dans l'histoire littéraire comme un des plus importants écrits affrontant la douloureuse mais nécessaire réflexion sur les camps de concentration et la condition humaine. C'est à sa suite que des écrivains tel que son ami Jorge Semprun pourront commencer une nouvelle approche de l'impossible écriture des camps.
Dès 1947, Antelme annonçait dans son avant-propos « nous revenions juste, nous ramenions avec nous notre mémoire, notre expérience toute vivante et nous éprouvions un désir frénétique de la dire telle quelle. Et, dès les premiers jours cependant, il nous paraissait impossible de combler la distance que nous découvrions entre le langage dont nous disposions et cette expérience. […] Comment nous résigner à ne pas tenter d'expliquer comment nous en étions venus là ? Nous y étions encore. Et cependant c'était impossible. à peine commencions-nous à raconter, que nous suffoquions. à nous-mêmes, ce que nous avions à dire commençait alors à nous paraître inimaginable. »
Petites rousseurs sur les plats.

 

Bibliographie lacunaire des éditions La Cité universelle
Article Robert Antelme In Larousse.fr
Lire notre article dans la Gazette d'Edition-Originale
Ecrire et philosopher après Auschwitz : Blanchot lecteur de Antelme

3 000 €

Réf : 71783

Order

Book


On-line help