Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 31799 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Loïs HUTTON Réunion de trois dessins originaux à la gouache et au crayon sur papier

15 000 €

Réf : 81954

Commander

Réserver

Poser une question

[gouache sur traits de crayon sur papier] Loïs HUTTON

Réunion de trois dessins originaux à la gouache et au crayon sur papier

1920-1922, oeuvres : 23x30cm ; cadres : 38,4x48,6cm, trois feuilles sous cadres.



Réunion de trois dessins originaux à la gouache et au crayon sur papier, encadrés.

1.Gouache aux danseuses


Dessin original à la gouache et au crayon sur papier. Daté au verso « May 16th 1920 » et portant le cachet d'atelier.
Cette précoce composition, une des rares encore conservées, atteste de son modernisme et de la symbiose totale avec ses chorégraphies. Les courbes dominantes des corps de cette gouache aux danseuses, datée « May 16th 1920 », évoquent les silhouettes androgynes de la ronde de Matisse (La danse, 1910), tout comme le choix des aplats vibrants bleu et ocre foncé. Une esthétique cubiste apparaît dans le mouvement des danseuses à l'équilibre symétrique implacable – tandis que les motifs kaléïodoscopiques aux contours affirmés trahissent l'influence du vorticisme, dont les membres, à la même période, fréquentent assidûment le club underground de l'amante de Loïs, Margaret Morris. Ce travail de l'époque londonienne trouvera, l'année suivante, son accomplissement dans les chorégraphies créées en France où l'école de Margaret Morris s'établira à la belle saison. Des photographies de ces représentations sensationnelles, de Dinard au cap d'Antibes, montrent des compositions très similaires, notamment une des scènes du ballet de Hutton, intitulé Etincelles, créé en 1922 sur une musique de Maurice Ravel.

2. "Background design"
Dessin original à la gouache et au crayon sur papier. Signé du monogramme de Loïs Hutton, daté « 1922 » et annoté « background design » en bas à droite et portant le cachet d'atelier ainsi que la signature manuscrite et la date "dec 1921" au verso. 
Un des seuls plans de décors originaux de Loïs Hutton conservés, également l'un des premiers de sa carrière, cette composition abstraite reflète l'incroyable polyvalence de l'artiste qui s'épanouit à la fois comme première danseuse de l'école de son amante, la Margaret Morris School, mais également comme chorégraphe, décoratrice et costumière. Ces décors peints sur de larges tissus servaient de fond aux productions de la troupe de l'école et des danses en solo de Loïs, qui avait déjà peint un motif sur toile d'après une esquisse de son mentor le peintre fauviste John Duncan Fergusson. S'essayant ici à un style radicalement nouveau et ambitieux, son motif rejoint les mouvements anguleux de ses danses et s'inspire des enseignements cézaniens : "Tout dans la nature se modèle sur la sphère, le cône et le cylindre" (lettre à Emile Bernard). Cette attention primordiale portée aux volumes se double dans la composition d'une fragmentation des formes proche du vorticisme d'Edward Wadsworth. Hutton fréquente alors Wadsworth et le groupe des vorticistes dans le club underground de Chelsea, laboratoire de la danse moderne où le décor dans sa version en grand format a peut-être été affiché, en décembre 1921 ou l'année suivante, comme suggèrent les deux dates en partie inférieure de la composition et au verso de celle-ci.

3. Composition Ground design of dance - Fool's dance
Dessin original à la gouache et au crayon sur papier. 
Une des rares œuvres abstraites de Loïs Hutton, exploration horizontale et graphique (intitulée « Ground design ») de sa chorégraphie Fool's Dance, une danse hypnotique en solo qu'elle interprète pour la première fois en janvier 1920 sur une musique d'Edvard Grieg.
Dans cette intéressante et novatrice vision de la danse, Loïs Hutton couche sur le papier les produits de la force de ses mouvements chorégraphiques : un ballet de lignes et courbes emplies de couleurs vives. Cette composition fluide et dynamique est délimitée par un carré aux contours affirmés, agissant à fois comme support physique de la peinture et surface matérielle de la scène où se déploient ses mouvements – un espace primordial de création à rapprocher du « plan originel » théorisé quelques années plus tard par Kandinsky dans Point et ligne sur plan (1926).
Présentée au Margaret Morris Club de Chelsea, où voient le jour ses toutes premières créations, Fool's Dance sera réinterprétée au Château des Deux Rives de Dinard en juillet de la même année. Elle vaudra à Hutton une de ses premières mentions en tant qu'interprète et chorégraphe dans la presse française, dans le journal Comoedia du 20 juillet 1920, et marquera les débuts de sa notoriété en France. 
 



“Dancing as an art, instead of an idea”: l'art et le mouvement de Loïs Hutton
 


Formée au carrefour des modernités cézaniennes, cubistes et vorticistes, Loïs Hutton occupe une place à part dans les avant-gardes europénnes au coeur des années folles. Elle développa une œuvre graphique et chorégraphique ambitieuse, d'abord dans le cénacle lesbien de Chelsea puis sur la Riviera, où ses danses éblouiront la lost generation.

Loïs intègre, en 1918, l'école fondée par Margaret Morris, déjà danseuse de renom, suffragette et féministe, dans le quartier londonien de Chelsea. Inspirée de l'Akademia néo-grecque de Raymond Duncan, frère d'Isadora, qui avait introduit l'usage de simples tuniques rendant leur liberté au corps des danseuses aux pieds nus, cette école expérimentale porte une vision éminemment politique rejetant l'artificialité du ballet classique et son organisation patriarcale. Hutton débute au Margaret Morris Club, sorte d'annexe londonienne du célèbre quartier Montparnasse, où se mélangent artistes vorticistes et écrivains tels Augustus John, Jacob Epstein, Katherine Mansfield, l'architecte et designer écossais Charles Rennie Mackintosh et Ezra Pound. Un lieu d'affranchissement et d'amours homosexuelles, dans lequel Hutton s'affirme peu à peu en tant qu'artiste et chorégraphe.
Dans cette première partie du XXe siècle marqué par un foisonnement intellectuel et artistique inédit, Hutton pousse à son paroxysme l'"Esprit nouveau", décrit par Apollinaire dans sa critique du ballet Parade (1917) qui "se promet de modifier de fond en comble, dans l'allégresse universelle, les arts et les mœurs", "car jusqu'ici les décors et les costumes d'une part, la chorégraphie d'autre part, n'avaient entre eux qu'un lien factice". Moins de trois ans après, Hutton parvient au véritable "art total" cher aux romantiques allemands, maîtrisant à la fois chorégraphie, écriture, composition, masques, costumes, décors et lumières, cependant que les Ballets Russes font appel à une cohorte d'artistes dont Henry Laurens, Pablo Picasso, ou Nicolas Roerich pour leurs créations chorégraphiques.


 

C'est en 1923 que la Margaret Morris School s'établit sur la côte d'Azur et ouvre une "école d'été" au cap d'Antibes où Hutton débute une nouvelle aventure créatrice et charnelle avec la danseuse française Hélène Vanel. Elles enchaînent les répétitions en bord de mer, les sorties aux côtés d'Hemingway et les représentations jusqu'à Bruxelles ou Paris au Théâtre des Champs-Elysées, éclipsant même la dernière production des Ballets Russes dans le cœur du critique Harold Levinson. Vanel et Hutton, amantes indomptables, se séparent bientôt de Margaret Morris et publient dès l'année suivante leur manifeste du mouvement Rythme et couleur, revendiquant leur définition d'un art total et rythmique inspiré de la théosophie de Rudolf Steiner.
« Nous cherchons le rythme : rythme dans l'espace, rythme des lignes qui bondissent et se brisent, s'entrelacent, tournoient, fuient, rythme des volumes qui surgissent s'illuminent dans les profondeurs, se retirent, s'effacent, ayant chacun sa place et sa valeur inévitable, et partout et dans tout, l'équilibre » déclarent-t-elles dans ce manifeste. La rayonnante danseuse voue l'ensemble de ses créations au rythme visuel des images, dont elle tire le nom de son tout nouveau mouvement Rythme et Couleur sur le modèle musical du Groupe des six de Montparnasse. Fondé en 1924, le mouvement de Loïs, si original, s'incarne en sa troupe de danseuses célébrant toujours la libération du corps féminin et inspirées de la danse dalcrozienne. 

Sur les hauteurs idylliques de Saint-Paul-de-Vence, "les danseuses de Saint-Paul" ouvrent leur propre studio dans une maison du village ainsi qu'un théâtre. Rejointe par Lucia Joyce, fille de James Joyce, ainsi qu'une poignée de jeunes filles, la troupe répète en pleine nature, sur le lieu qu'occupe désormais la fondation Maeght où la modernité règne toujours en maîtresse. Au milieu des années 1930, les noms de Loïs et Hélène sont sur les lèvres des plus influents personnages de l'élite artistique et politique, de Dali au Duc de Windsor en passant par Pablo Picasso. Elles y vivent leur homosexualité sans entraves et partagent leur vie de bohème avec les artistes, écrivains et poètes qui leur rendent visite et viennent admirer leurs performances éclairées à la lampe de poche.

"The Grecian Isle of Lesbos has its votaries at Saint Paul
Like nuns they live secluded lives with scarce a man at all
A quite distinct phenomenon associate with Loïs
With shortened hair she seems to care for girls far more than boys"
Waldo Peirce (cité dans Emerson, Rythm & Colour, p. 236).




Après l'Art Nouveau incarné par Loïe Fuller, le retour à l'antique chez Isadora Duncan, c'est au tour de Loïs Hutton de donner pendant l'entre-deux-guerres un nouveau visage à l'avant-garde en pensant la peinture comme la danse et la danse comme la peinture. Elle donna à ses œuvres chorégraphiques et picturales les angles aigus du cubisme et le dynamisme vorticiste, unifiant la beauté du mouvement des corps et de la ligne. 
 

15 000 €

Réf : 81954

Commander

Réserver


Assistance en ligne