Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Recherche avancée
Inscription

Recevoir notre catalogue

Rubriques

Echos
Catalogues
Illustrateurs Gazette du Bon Ton
Essais bibliographiques
Portfolio
Editorial
Evenements
e-bibliotheque
A la librairie
Nouveautes
L'enigme
Contributions
Focus
Termes et concepts de la bibliophilie

Illustrateurs Gazette du Bon Ton

Ernesto Michahelles dit THAYAHT (1893-1959)

Ernesto Michahelles dit THAYAHT (1893-1959)Ernesto Michahelles dit THAYAHT (1893-1959)
Ernesto Michahelles dit THAYAHT
(1893-1959)
Illustrateur de la Gazette du Bon Ton

 

Né à Florence, Ernesto Michahelles étudie en France à l'Académie Ranson, à Paris, où se côtoient notamment des artistes nabis dont le style l'influence considérablement.

Vers 1919, il adopte son surnom en forme de palindrome : cette maléabilité ludique du texte entre en résonnance avec ses figures, aux contours géométriques mais néanmoins inscrites dans des compositions très souples où les motifs se répètent et se répondent les uns aux autres.

                           

C'est également en 1919 qu'il commence à travailler auprès de Madeleine Vionnet pour qui il dessine le logo de la Maison Vionnet : au sortir de la Première Guerre mondiale, la couturière asseoit définitivement son influence dans le milieu de la mode parisienne. Cette collaboration est majeure dans l'histoire de Thayaht ; elle lui permet non seulement de fréquenter les personnalités les plus en vues du milieu de la haute-couture au début des années 1920 mais aussi de définir plus précisément son style.

                              

L'occasion lui en est donnée à partir de 1922 alors qu'il commence à dessiner pour la Gazette du Bon ton : ses figures, habillées des créations de Vionnet, se démarquent des autres planches illustrées par un travail audacieux des corps et des tissus. Le réalisme laisse la place à l'innovation et à l'audace : le corps de la femme devient un nouveau terrain d'expérimentation pour celui qui à ses débuts s'était fait connaître pour sa tuta, survêtement masculin à la fois pratique et économique dont la forme résolument moderne se retrouve dans ses illustrations pour la Gazette
Laisser un commentaire
Assistance en ligne