Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Gustave FLAUBERT Lettre autographe signée de Gustave Flaubert adressée à Léon Cladel

4 500 €

Réf : 62711

Commander

Réserver

Poser une question

Gustave FLAUBERT

Lettre autographe signée de Gustave Flaubert adressée à Léon Cladel

Paris 9 mai 1877, 13,5x20,5cm, 2 pages sur un feuillet remplié.


Lettre autographe signée de Gustave Flaubert adressée à Léon Cladel. Enveloppe jointe. Quelques soulignement et corrections manuscrites de l’auteur. Minuscules taches d’eau. Trois petites restaurations à l’aide d’adhésif sur la seconde page ainsi que deux traces de pliures inhérentes à la mise sous pli du courrier.
Amusante lettre dans laquelle Gustave Flaubert, dont la renommée littéraire n’est plus à faire, apporte son soutien à son ami Léon Cladel qui peine à faire publier l’un de ses ouvrages.
Le « maître » – c’est ainsi que Léon Cladel nomme son confrère – démarre cette lettre avec enthousiasme : « J’ai commencé votre bouquin hier à 11 heures il était lu, ce matin à 9 ! ». Le « bouquin » dont il est ici question est L’Homme de la Croix-aux-Bœufs que Flaubert avait accepté de relire pour son ami le 30 avril ; il en avait d’ailleurs réclamé le manuscrit déposé chez l’éditeur Georges Charpentier à ce dernier : « Cladel m’a écrit pr me dire qu’il désirait que je lusse (pardon du subjonctif) le roman en feuilles qui est chez vous. Donc envoyez-le-moi, ou apportez-le-moi. » (Lettre du 3 mai 1877). Léon Cladel, très proche de Gustave Flaubert, semble lui avoir fait part des craintes de l’éditeur édouard Dentu quant à la publication de son ouvrage : « Et d’abord il faut que Dentu soit fou, pr avoir peur de l’im le publier. » En familier aguerri de l’impitoyable monde de l’édition, Flaubert se place en professionnel et déclare : « Rien n’y est répréhensible soit comme politique, soit comme morale. Ce qu’il vous a dit est un prétexte ? » Cette question de la répréhension morale n’est pas sans faire écho au célèbre procès intenté à l’auteur de Madame Bovary. Tel un critique littéraire dithyrambique, Flaubert complimente son confrère : « Je trouve votre livre, un vrai livre. C’est très bien fait, très soigné, très mâle. & je m’y connais mon bon. » Lecteur scrupuleux, il se permet néanmoins quelques remarques sur le manuscrit de Cladel (« J’ai deux ou trois petites critiques à vous faire (des niaiseries) – ou plutôt des avis à vous soumettre. ») avant de se raviser : « Qqfois, il y a des prétentions à l’archaïsme et à la naïveté. C’est l’excès du bien. » L’attitude de Flaubert est ici quasi paternelle et en tout cas bienveillante : conscient des capacités de son ami il souhaite l’encourager et voir la publication de son ouvrage aboutir : « Mais encore une fois, soyez content & dormez sur vos deux oreilles – ou plutôt ne dormez pas – et faites souvent des œuvres pareilles. »
L’écrivain bienveillant évoque également dans cette missive un autre éditeur, Georges Charpentier : « Quant à Charpentier (auquel je remettrai vos feuilles vendredi – jour où je dîne chez lui) je vais lui chauffer le coco violemment, & en toute conscience, sans exagération & sans menterie. » Charpentier qui édite Flaubert depuis 1874 est devenu un proche ami de l’écrivain avec lequel il entretient une riche correspondance. En ce mois de mai 1877, il vient juste de publier Trois contes qui fut pour Cladel l’occasion d’une émouvante célébration de son maître ès Lettres : « Où diable avez-vous pris ce rutilant pinceau dont vous brossez vos toiles, les petites comme les grandes, et cette sobriété que certains latins vous envieraient ? Être à la fois Chateaubriand et Stendhal, et de plus Flaubert ». Cette admiration est réciproque et Flaubert éprouve pour ce « véritable artiste » une estime non feinte : « La fin est simplement sublime ! – & du plus gd effet. » Il réitèrera, quelques semaines      plus tard ses compliments : « C’est travaillé, ciselé, creusé. L’observation, chez vous, n’enlève rien à la poésie ; au contraire, elle la fait ressortir. » En effet, Cladel s’affirmera comme le véritable héritier du style flaubertien, bien plus que Zola qui lui reprochera justement de « travaille[r] sa prose avec acharnement » et de « s’efforce[r] de rendre parfaite chaque phrase qu’il écrit ».
C’est finalement Edouard Dentu qui publiera le manuscrit de L’Homme de la Croix-aux-Bœufs ; Cladel en offrira d’ailleurs un exemplaire enrichi d’un bel envoi autographe à son estimé ami : « À mon cher maître Gustave Flaubert, 7 mai 1878. Léon Cladel. »

4 500 €

Réf : 62711

Commander

Réserver


Assistance en ligne