Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 31411 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Henri BERAUD Le bois du templier pendu

480 €

Réf : 33009

Commander

Réserver

Poser une question

Henri BERAUD

Le bois du templier pendu

Les Editions de France, Paris 1926, 13,5x21cm, broché.


Edition originale, un des 290 exemplaires numérotés sur pur fil, le nôtre un des 20 hors commerce et spécialement imprimé pour Alin Laubreaux.
Légères piqûres sans gravité sur la dernière garde et sur certains témoins, bel exemplaire à toutes marges.
Très bel envoi autographe signé, quasi pleine page, de l'auteur à Alin Laubreaux : "...vous avez vu naître ce livre, vous l'avez aidé à vivre, il vous appartient presqu'autant qu'à son père. Mais son père vous aime comme un fils et c'est tendrement mon petit Alin qu'avec un air bougon il vous serre sur son coeur..."
Néo-calédonien de naissance, Alin Laubreaux fut un écrivain et un journaliste principalement connu pour ses chroniques théatrâles publiées dans le journal ultra-collaborationniste, antisémite et fasciste Je suis partout.
Haï par une bonne partie du milieu artistique parisien, il fut giflé publiquement en juin 1941 par Jean Marais qu'il avait appelé « l'homme au Cocteau entre les dents » après avoir éreinté la dernière pièce du dramaturge La machine à écrire. La scène sera librement reprise par Louis Malle dans son Dernier Métro. On accusa également Alin Laubreaux d'avoir joué un rôle non négligeable dans l'arrestation, par la Gestapo, puis dans la déportation du poète Robert Desnos qu'il exécrait et qui l'avait lui aussi giflé quelques années auparavant. A la Libération, il s'enfuya en Espagne et fut condamné à mort par contumace en 1947.

480 €

Réf : 33009

Commander

Réserver


Assistance en ligne