Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

EISEN Contes et nouvelles en vers

600 €

Réf : 41614

Commander

Réserver

Poser une question

EISEN

Jean de LA FONTAINE

Contes et nouvelles en vers

S.n., A Amsterdam 1764, in-8 (12,5x20,5cm), 2 volumes reliés.


La première et la plus belle de toutes les contrefaçons réalisées de la très célèbre édition des Fermiers Généraux, et le chef-d'oeuvre de Eisen. Elle est superbement illustrée de 80 figures par Eisen (40 par tome sur papier fort), regravées pour la circonstance par Boilly (certaines ne sont pas signées). Cohen note que les figures sont inversées par rapport à l'édition des Fermiers Généraux. 60 culs-de-lampe, certains copiés sur ceux de Choffard. L'édition est également orné d'un portrait de La Fontaine par Rigaud gravé par Savart, 2 fleurons de titre, l'un signé par C. Boily, 2 vignettes tirées à part, 1 vignette en tête de chaque volume.
Reliure en pleine basane blonde marbrée fin XIXe, élégant pastiche d'une reliure XVIIIe. Dos à nerfs orné. Pièce de titre et de tomaison en maroquin brun avec roulettes. Double filet d'encadrement sur les plats. Deux légers manques le long du mors supérieur du tome I (frotté). Mors supérieur du tome II en partie fendu. Une fente en tête du tome I. Un manque sur le plat supérieur du tome II. Coins du tome II émoussés. Quelques piqûres éparses. certaines gravures possèdent une ombre brune en marge, en raison des serpentes, qui ont été ôtées. Malgré les défauts de la reliure, bon exemplaire, au tirage bien ancré.
Alors qu'au XVIIe, on goûta plutôt les Fables de La Fontaine, et que c'est par elles également que l'auteur a intégré notre panthéon littéraire, il n'en fut pas de même au XVIIIe, si ce n'est l'inverse ; c'est à dire qu'on plaçait au-dessus des Fables, les Contes et Nouvelles en vers, l'édition des Fermiers Généraux en porte un témoignage éloquent. Le XIXe remisa à son tour les Contes dans l'ombre par pudibonderie. En effet, la légèreté, le libertinage,la grivoiserie, parfois l'indécence trouvèrent au XVIIIe un accueil fertile. On se demande aujourd'hui par quelle bizarrerie Les contes ne sont pas aussi lus que les fables.

600 €

Réf : 41614

Commander

Réserver


Assistance en ligne