Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
   Inclure la bouquinerie
+ de critères

Rechercher parmi 29435 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Henri de MONTHERLANT Don Juan

2 500 €

Réf : 53198

Commander

Réserver

Poser une question

Henri de MONTHERLANT

Don Juan

Gallimard, Paris 1958, 12x19cm, broché.


Edition originale, un des exemplaires du service de presse.

Bel envoi autographe signé d'Henry de Montherlant : « A Albert Camus. Ce Don Juan qui n'est pas sans avoir de ressemblance au sien. »

Si Henry de Montherlant et Albert Camus ne se sont rencontrés qu’une seule fois dans les bureaux de Gallimard, quelques documents attestent néanmoins de leurs échanges, parmi lesquels cet envoi qui constitue un témoignage rare et émouvant. 
Camus, tout en regrettant l’attitude de Montherlant pendant la guerre, voue à l’œuvre de son aîné une admiration sincère, notamment pour son théâtre : « Il n’y a pas de théâtre sans style, affirme-t-il […]. Comment se fait-il que ces vertus soient devenues si rares, quand la langue française pourrait être un merveilleux instrument de langage théâtral ? Heureusement, nous avons Le Maître de Santiago. » (interview d’Albert Camus par Gabriel d’Aubarède, citée dans DOMENGET Jean-François, Montherlant critique, p. 361). 
En offrant son Don Juan à Camus, Montherlant sait l’intérêt du jeune écrivain pour cette figure qu’il a comme lui étudiée, la plaçant au cœur même de sa philosophie de l’absurde dans Le Mythe de Sisyphe (1942). Plus encore, dans sa dédicace, Montherlant, qui n’a jamais rien publié sur Camus, effectue un intéressant rapprochement entre leurs conceptions respectives du donjuanisme.

Hommage aussi discret que précieux de Montherlant à l’œuvre du jeune Prix Nobel de Littérature. 

Infimes piqûres sans gravité sur le dos.

2 500 €

Réf : 53198

Commander

Réserver


Assistance en ligne