Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 29860 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Maurice BLANCHOT L'expérience de Proust. Manuscrit autographe

2 800 €

Réf : 48328

Commander

Réserver

Poser une question

Maurice BLANCHOT

L'expérience de Proust. Manuscrit autographe

1943, 2 feuillets in-8 (21 x 13 cm) et ½ feuillet in-8 (10,5 x 13,5 cm) paginés de 1 à 5 , en feuilles.


Manuscrit autographe de l’auteur de 4 pages et demie in-8 publié dans le numéro du 12 mai 1943 du Journal des Débats.
Manuscrit recto-verso complet, à l’écriture très dense, comportant des ratures, corrections et ajouts.
Chronique littéraire parue à l'occasion de la publication de l’ouvrage de Ramon Fernandez, A la gloire de Proust.
 
C’est à Maurice Blanchot que son ami Emmanuel Lévinas doit la découverte de l’œuvre de Marcel Proust, qu’il aime profondément malgré la condamnation de Charles Maurras, dont elle ne parviendra pas, à ses débuts, à le détourner. De Proust, Blanchot admire plus que tout la rythmique parfois mouvante et le sens de la scène. Placé dans son panthéon littéraire aux côtés du Marquis de Sade ou de Franz Kafka, il l’intéresse au début des années 1940 pour la nature de l’expérience qu’il exprime dans ses romans : « L’œuvre de Proust est sortie d’états mystérieux qui semblent ne lui avoir été proposés que pour que cette œuvre fût écrite. Ils ont servi de stimulant à une extraordinaire avidité de connaître et, eux qui étaient d’abord une rupture de connaissance, ont fourni un aliment inépuisable à la connaissance littéraire. Cependant, ce n’est pas l’aspect le moins surprenant du Temps perdu que, dans le flot d’images, d’événements, de théories, de figures dont ils ont été par abus la source, ces états aient gardé la valeur d’un secret, en continuant, selon le pouvoir qui leur était propre, à paraître toujours plus mystérieux que l’œuvre elle-même, pourtant toute chargée de mystères. C’est en cela que Proust n’a pas trahi la révélation qu’il a rencontrée et dont il a offert l’image à la plus étendue et la plus admirable, comme pour montrer qu’elle ne l’épuisait pas. »
Le texte, sensiblement remanié, rejoindra la partie inaugurale de Faux Pas (1943), consacrée à la question primordiale pour Blanchot de l’expérience intérieure.
 
Manuscrit très propre révélant la clarté de la pensée de Blanchot sur Proust.

2 800 €

Réf : 48328

Commander

Réserver


Assistance en ligne