Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 30031 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Michel MOHRT Lettre autographe signée à un journaliste à propos d'un article qu'il entend modifier et dans lequel il se moque du "Figaro" et de son éditorialiste François Mauriac

100 €

Réf : 68129

Commander

Réserver

Poser une question

Michel MOHRT

Lettre autographe signée à un journaliste à propos d'un article qu'il entend modifier et dans lequel il se moque du "Figaro" et de son éditorialiste François Mauriac

s.l. s.d. (circa 1950), 13,5x21cm, une feuille recto-verso.


Lettre autographe signée d'une page et demie dans laquelle Michel Mohrt fait part de son indisponibilité, pour raison de santé, de se rendre à la direction d'un journal pour modifier un article qu'il a donné et dans lequel il éreinte François Mauriac.
Michel Mohrt déplore son immobilité due à son état de santé : "Une grippe légère (attrapée sans doute à la séance de poésie de samedi : on ne m'y reprendra plus !) m'oblige à garder la chambre ; ce qui l'oblige à demander à son correspondant "de modifier une phrase de mon article".
Article dans lequel il attaque François Mauriac et le "Figaro" (dont il fut l'éditorialiste de 1946 à 1953) tout en évoquant en filigrane les avanies du Victor Hugo polémiste et politicien : "Guernesey est un lieu plus inspiré que le fortin du "Figaro". Mais ici, il y a de l'espoir.
Regrettant ce ton acide et péremptoire, Michel Mohrt voudrait tempérer son propos et sa vision des choses : "C'est cette dernière phrase que je voudrais changer. J'ai l'air, en effet, de souhaiter à François Mauriac les mêmes mésaventures  - emprisonnement, proscription, exil - qu'il a souhaité si fort pour les autres. J'ai plus de charité que cela. De toute façon cette phrase est un peu "charié", comme on dit. Je voudrais la transfomer ainsi : "Mais, ici, tout est possible..."

 

100 €

Réf : 68129

Commander

Réserver


  Assistance en ligne