Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 30011 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe

Alain ROBBE-GRILLET Lettre autographe signée à son ami Georges Raillard

Alain ROBBE-GRILLET

Lettre autographe signée à son ami Georges Raillard

11 Janvier 1976, 21x29,5cm, un feuillet recto-verso.


Lettre autographe signée de deux pages d'Alain Robbe-Grillet à son ami le critique d'art Georges Raillard, ami et spécialiste des oeuvres de Joan Miro et Antoni Tapies, datée du 11 Janvier (1976), enveloppe jointe.
Alain Robbe-Grillet informe son correspondant de son ambitieux projet qui le taraude et dont il mesure toute la difficulté : "J'aimerais bien écrire quelque chose sur (Raymond) Roussel. Et je vais sincèrement essayer de le faire. Mais je ne suis pas sûr du tout de réussir : il faudrait que j'invente quelque forme de fiction-critique, car je me sens de moins en moins porté vers l'analyse d'une oeuvre, quelle qu'elle soit."
Il est plus confiant et satisfait du travail qu'il a accompli aux Etats-Unis et de la nouvelle notoriété que ses oeuvres y ont acquises : "... mon "semestre" américain fut passionnant : on a enfin découvert là-bas mes oeuvres récentes et l'on étudie volontiers Projet ( "Projet pour une révolution à New York" datant de 1970) et Glissements ("Glissements progressifs du désir" de 1974) à la place des éternels Jalousie (1957) et Immortelle (1963). Naturellement, ça me fait plaisir."
Enfin Alain Robbe-Grillet se penche sur l'avancée des travaux en cours de son correspondant et lui résume l'ambiance du dernier coloque de Cerisy que Georges Raillard manqua : "On vous a regretté à Cerisy, cet été ; c'était jeune, hyper-ricardolien et dans l'ensemble très amusant."
Puis, dans un P.S. il lui fait part de ses projets picturaux : "J'ai poursuivi à New York mes tentatives picturales. Je crois que quelque chose suit son cours."





 

VENDU

Réf : 66917

Enregistrer une alerte


Assistance en ligne