Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Shunkyuzu (Images du palais du printemps)

800 €

Réf : 71978

Commander

Réserver

Poser une question

ANONYME

Shunkyuzu (Images du palais du printemps)

1890, 12x18cm, autre.


Album de cinq estampes érotiques japonaises, marouflées sur carton, anonyme.
Reliure en acordéon, pouvant se déplier complètement et exposer les cinq peintures. Carton très épais imitant la rigidité du bois, les estampes sur papier ont été contrecollées sur le carton. Revêtu sur le plat supérieur et inférieur d'un tissu de soie à motifs jaune. Etiquette ancienne ocre avec titre manuscrit à l'encre de chine. Mouchetures sur les estampes
Les cinq estampes mettent en scène cinq couples en action dans des plans resserrés, la plupart sans décor de meubles ou autres, à la manière de Kuniyoshi par exemple. La palette use du vert, du jaune, du rouge et du bleu. L'ensemble est imprimé au trait, d'une manière assez maniériste, les membres alanguis dans des expressions délicates. L'ensemble obéit aux canons de la représentation des shunga (estampes japonaises érotiques) avec des personnages heureux et épanouis, avec des sexes particulièrement exposés, le membre mâle toujours turgescent et gros. Les kimonos offrent des contrastes de couleurs et de motifs (géométriques, fleurs ou feuilles). La date de 1890 n'est qu'une proposition, le recueil pouvant être plus tardif, vers 1920. Ce type de recueil demeurait anonyme la plupart du temps en raison de la censure, il était souvent offert en cadeau de mariage ou destiné à des visiteurs étrangers à cette époque. Au début de l'ère Meiji, l'attrait pour la photographie érotique supplanta les shunga. Certains peintres se spécialisèrent dans la production de shunga, et il n'est pas rare de rencontrer les mêmes scènes dans divers recueils.




 

800 €

Réf : 71978

Commander

Réserver


Assistance en ligne