Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
   Inclure la bouquinerie
+ de critères

Rechercher parmi 29369 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Edition Originale

Antonio Donato ALTOMARE Donati antonii abaltomari Medici, ac Philosophi Neapolitani De medendis humano corpore malis : Ars medica

4 000 €

Réf : 54308

Commander

Réserver

Poser une question

Antonio Donato ALTOMARE

Donati antonii abaltomari Medici, ac Philosophi Neapolitani De medendis humano corpore malis : Ars medica

Apud Ioannem Frellonum, Lugduni [Lyon] 1559, in-8 (11x17,5cm), 463pp. ; 436pp. (3), 2 parties reliées en un volume.


Première édition française rédigée en latin, après l’originale italienne, parue à Naples, en 1553 et celle de 1558 publiée à Venise.
Reliure en plein veau d’époque. Dos lisse richement orné d’un semis de trois points et de larges roulettes. Plats décorés de trois croissants de lune entrelacés. Double encadrement avec fleurons en écoinçons. Tranches dorées ciselées. Reliure très habilement restaurée.
Restauration ancienne en marge basse de la page de titre qui a également été doublée, une mouillure marginale sans atteinte au texte sur un tiers du milieu du volume. Une restauration à l’aide d’une bande de papier en marge basse de la dernière page.
Annotations manuscrites sur la page de titre et ex-libris sur le contreplat.
Notre exemplaire est établi dans une élégante reliure de l’époque en plein veau aux tranches dorées et ciselées et frappée au centre des plats de trois croissants entrelacés qui furent notamment le symbole de Diane de Poitiers (1499-1566), maîtresse du roi Henri II.
On retrouve ce chiffre sur de nombreux biens lui ayant appartenu, les deux croissants opposés étant interprétés comme une stylisation de la lettre H, et le croissant renversé un symbole de Diane chasseresse ; l’ensemble était appelé « chiffre de Diane «. La bibliothèque de cette femme érudite et influente fut l’une des plus prestigieuses de la Renaissance. Composée d’ouvrages richement établis par les plus grands relieurs de son temps, sa collection réunie au château d’Anet comportait également de nombreux ouvrages médicaux plus modestement reliés, comme en attestent les rares inventaires dressés à l’époque. Cet intérêt pour la médecine fut peut-être la cause de sa mort probablement due à un empoisonnement par une potion « médicinale » à base d’or censée la faire rajeunir.
Cependant, cette reliure ne saurait être attribuée à cette bibliothèque et ce symbole paraît être avant tout une référence à Henri II dont ce triple croissant accompagne la devise : Donec totum impleat orbem, « jusqu’à ce qu’il [le croissant de lune] remplisse l’orbe tout entière ».
Frappé sur les plats d’un ouvrage publié l’année de la mort d’Henri II, ce fer, s’il ne marque pas l’appartenance de l’exemplaire, témoigne à tout le moins d’un hommage posthume au Roi de France tout juste disparu. Cet entrelacement de croissants de lune, allégorie antique de la Connaissance et figure héraldique récurrente, est sans doute également à interpréter en lien avec la nature scientifique de l’ouvrage dont le titre, volontairement absent sur le dos de la reliure, est peut-être symboliquement remplacé par cette trinité lunaire.
Antonio Donato Altomare (1520-1566) fut un brillant médecin napolitain de la Renaissance, grand admirateur de Gallien et Hippocrate, qui consacra la majeure partie de sa vie à l’étude de la médecine. éminent professeur, ses cours étaient basés sur l’anatomie. Persécuté par les théologiens qui doutaient de son orthodoxie, il dut émigrer à Rome où il obtint la protection de Paul IV. C’est à ce dernier qu’est dédié son De medendis humano corpore malis ; dans la dédicace il relate les rares détails biographiques que nous connaissions aujourd’hui. Altomare offre à ses lecteurs un vaste panorama de l’histoire des maladies d’après l’ancien usage. Le traité est particulièrement intéressant car il présente les plus anciennes descriptions de divers syndromes psychologiques, notamment la manie, la mélancolie et la cataplexie, ainsi que les maladies du cœur.
Les ouvrages séparés d’Altomare – les œuvres complètes ne seront publiées qu’à partir de 1561 – sont rares et recherchés.
Bel et rare exemplaire établi dans une superbe reliure de la Renaissance au « chiffre de Diane ».

4 000 €

Réf : 54308

Commander

Réserver


Assistance en ligne