Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 30104 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Henry COULLAUD Album photographique - Souvenir de la campagne de Chine 14 août 1900 - 18 septembre 1901

Henry COULLAUD

Album photographique - Souvenir de la campagne de Chine 14 août 1900 - 18 septembre 1901

14 août 1900 - 18 septembre 1901 , Album : 24x19cm, photographies : formats divers, 1 album relié.


Exceptionnel album regroupant au total 57 photographies originales en tirages albuminés et argentiques d'époque. Ces photographies ont été réalisées entre 1900 et 1901 par le médecin militaire Henry Coullaud (1872-1954).
Reliure de l'époque en demi percaline bleue à coins, dos lisse muet, plats de papier fleuri, une étiquette rouge présentant des idéogrammes chinois a été contrecollée sur le premier plat.
La calligraphie chinoise sur cette étiquette, comme l'explique le Professeur Denis Coullaud, figure le patronyme du médecin : « "A Kou-Lou, la main merveilleuse qui rend le printemps". Ainsi pouvait-on traduire une inscription chinoise dont les caractères se détachaient en noir sur le fond cramoisi d'une étroite banderole verticale. Cela s'appelait un "paï-pien". Par une belle matinée de printemps de l'année 1900, ce présent fut apporté en grande pompe, précédé par une musique nasillarde d'une clarinette, qu'accompagnait le son grêle d'une petite flûte, et que rythmait un tambourin. La famille Wang, dont le patriarche avait été opéré avec succès de la cataracte, remerciait ainsi le médecin-major Coullaud. Les Chinois avaient traduit son nom par approximation phonétique, en traçant les deux caractères "kou" et "lou". » (in Pr. Denis Coullaud, La Main merveilleuse qui rend le printemps, 1992).
Chaque cliché a été annoté (lieu et légende) par le photographe qui a également rédigé une dédicace au verso de la page de titre du premier album : « A ma sœur, Souvenir affectueux de son frère Henry, Bordeaux le 25 octobre 1901 ».
Jeune médecin militaire lassé de la vie de garnison en métropole et rêvant d'aventure, Henry Coullaud demanda au Ministère de partir pour la Campagne de Chine. Sa requête acceptée, il embarqua le 19 août 1900 sur l'Alexandre III au sein du 1er bataillon du Régiment d'infanterie de Marche.
Le début de l'album contient des photographies de l'équipage de l'Alexandre III. Plusieurs clichés représentent ensuite les escales effectuées par l'équipage : Port-Saïd, Djibouti, Singapour et enfin la rade de Ta-Kou atteinte quarante-deux jours après le départ de Marseille. Cette première partie, concernant la traversée à proprement parler, se constitue essentiellement de photographies portuaires et de plusieurs clichés représentant la population djiboutienne. C'est un témoignage précieux concernant le début du développement de la ville alors chef-lieu de la Côte française des Somalis.
Une seconde partie concerne les différentes villes chinoises dans lesquelles le docteur Coullaud a exercé : Tong-Kou, Tien-Tsin, Pao-Ting-Fou, Ting-Tchéou (Tin-Tjô), Cheng-Feng, Sou-Kiao, Si-Gnan-Shien et Taï-To. Ses clichés, d'un réalisme brut, nous offrent un vaste panorama de la vie en Chine, à la fois des relations sino-françaises mais aussi de la vie urbaine et rurale des autochtones. On y voit notamment les activités officielles de la délégation française : visites pittoresques, représentations artistiques organisées (théâtre, parade d'acrobates ou encore orchestre chinois surplombé de drapeaux français à l'occasion du 14 juillet), revues militaires et photographies officielles mêlant hauts dignitaires chinois et gradés français, etc. Quelques clichés dépeignent d'ailleurs l'impartialité de la machine judiciaire en pleine révolte des Boxers : police chinoise en uniforme archaïque, têtes d'insurgés exposées dans des cages sur la place publique, mais aussi quintuple exécution capitale.
Le photographe amateur fait également la part belle aux monuments historiques, réalisant des vues de villes, pagodes, tours, portes et autres murailles. Mais ce qui semble fasciner par-dessus tout le jeune médecin, c'est la vie de la rue. On notera plusieurs clichés montrant des femmes aux minuscules pieds bandés, quelques années avant l'interdiction de cette mutilation érotique millénaire. Coullaud immortalise également la vie quotidienne des petites gens, à travers des scènes champêtres et des petits métiers (barbiers, lessiveuses...), mais aussi celles des notables et même des mandarins aux poses solennelles.
A travers cet album unique, important témoignage à valeur ethnologique, le Major Henry Coullaud nous offre une vue d'ensemble de la vie chinoise au tournant du XXe siècle.
 

VENDU

Réf : 61455

Enregistrer une alerte


Assistance en ligne