Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 31440 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Recevoir notre catalogue

Rubriques

Les Enquetes
Catalogues
La Lettre du Feu Follet
Echos
Portfolio
Termes et concepts de la bibliophilie
Focus
Contributions
L'enigme
Nouveautes
A la librairie
Evenements
Editorial
Essais bibliographiques
Illustrateurs Gazette du Bon Ton

Les Enquêtes

Focus sur la photographie originale inédite de Pablo Picasso à la Casa di Marco Lucrezio, Pompéi printemps 1917

Le 16 avril 1917, Picasso visite Pompéi en compagnie de Jean Cocteau et Léonide Massine afin de préparer le ballet Parade, première œuvre qualifiée de sur-réaliste par Guillaume Apollinaire, pour la nouvelle saison des Ballets russes de Serge de Diaghilev. 

Ce voyage initiatique lui inspire, dès son retour, une peinture monumentale : le rideau de scène de Parade, véritable signature visuelle du ballet, marquant les débuts de la période néo-classique de Picasso, et aujourd'hui conservé au Musée national d'Art Moderne Georges Pompidou.


 


Photographie originale, représentant Pablo Picasso au printemps 1917 à la Casa di Marco Lucrezio à Pompéi,
une brindille à la main, devant un mur sur lequel apparaît une fresque pompéïenne.
Tirage argentique d'époque, peut-être unique, provenant des archives personnelles de Jean Cocteau puis fonds Maurice Sachs. 
Exceptionnelle photographie méconnue ou inédite prise par Jean Cocteau lors de son séjour pompéien avec Picasso.



Pierre Daix, dans sa biographie consacrée au peintre, relate le choc esthétique engendré par la découverte des fresques pompéiennes :

« Giovanni Carandente, à qui l'on doit les meilleures études sur ce voyage, souligne que Picasso « fut fortement frappé par l'animation et la sensualité que le cataclysme de l'an 79 après J.-C. avait brutalement anéanties. S'il est exact, comme il l'écrivit à Gertrude Stein, qu'il dessina sur-le-champ « beaucoup de fantaisies pompéiennes qui sont un peu lestes », attiré comme il le fut par l'exaltation érotique qui se dégage de ces peintures licencieuses […] ces souvenirs se sédimentèrent en lui pour affleurer avec force par la suite. […] Tout ce qui avait constitué l'univers pompéien était conservé sur le site ainsi qu'au Museo Archeologico de Naples […]. Dans sa singularité, cet univers contribua à enrichir le patrimoine culturel de Picasso de quelque chose de plus vivant, de plus frémissant que ce que ses visites de musées lui avaient donné jusqu'alors. Il aimait tout particulièrement la concision des peintures : deux ou trois ans plus tard, les impressions ressenties à Pompéi devaient se traduire par une véritable explosion créatrice, une série de tableaux qui tous portaient des traces de ces souvenirs jamais enfouis. Cette source devait rester vivante jusqu'à La Danse de 1925. » » (Pierre Daix, Picasso)


Unique et précoce photographie originale de Picasso, prise et tirée par son ami Jean Cocteau, dans un lieu mythique qui influencera durablement son esthétique.

Provenance : archives personnelles de Jean Cocteau puis le fonds Maurice Sachs puis Max-Philippe Delatte.

Accédez à notre fiche complète et à toutes les photographies

Pour en savoir plus : 

Picasso. Podcast France Culture.
Le rideau de scène du ballet « Parade » de Picasso.
L'influence de Pompéi sur Picasso.
Les influences de Picasso.
Picasso et la danse.
Courir plus vite que la beauté, Pablo Picasso et Jean Cocteau, une amitié de cinquante ans.
Laisser un commentaire
Assistance en ligne