Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne
Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Gustave FLAUBERT Madame Bovary

23 000 €

Réf : 46560

Commander

Réserver

Poser une question

Gustave FLAUBERT

Madame Bovary

Michel Lévy frères, Paris 1857, 10,5x17cm, 2 volumes reliés en 1.


Édition originale.

Reliure en plein chagrin aubergine, dos à quatre fins nerfs sertis de filets dorés et orné de triples caissons à froid, roulettes à froid sur les coiffes et les coupes, encadrement de quintuples filets dorés et d’un large filet à froid sur les plats, dentelle dorée en encadrement des contreplats, gardes et contreplats de soie moirée crème, légères rousseurs sans gravité sur les contreplats et les gardes, toutes tranches dorées, ex-libris encollé sur un contreplat, une mouillure claire sans gravité en pied des premiers feuillets de l’ouvrage, élégante reliure de l’époque (ce qui se rencontre peu selon Clouzot).
Très rare envoi autographe signé de Gustave Flaubert à Alfred Guérard, proche ami de Louis Bouilhet à qui est dédié l’ouvrage : « à Alf. Guérard souvenir d’amitié. Gustave Flaubert. »
Les dernières lettres du mot amitié et du nom de Flaubert ont été rognées par le relieur.
Les envois autographes de Flaubert sont fort rares sur Madame Bovary (cf. Clouzot).
Alfred Guérard fut avec Gustave Flaubert le plus proche ami de Louis Bouilhet. Ce grand industriel rouennais était également un ami des arts et un véritable mécène pour Bouilhet qui lui dédia plusieurs ouvrages. Flaubert, comme en témoigne sa correspondance, ne manquait pas de l’inviter à ses dîners littéraires ou artistiques. Il sera notamment en 1863 l’un des très rares auditeurs du Château des cœurs, féerie avortée qui ne connut que cette « lecture solennelle devant un aréopage » que Flaubert sélectionne parmi ses amis de la haute société : « Nous avons voulu avoir un public de bourgeois pour juger de l’effet naïf de l’œuvre » (voir les lettres à sa nièce Caroline de décembre 1863).

Bel exemplaire comportant un envoi autographe, richement établi en reliure de l’époque. 

23 000 €

Réf : 46560

Commander

Réserver


Assistance en ligne