Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 30435 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Autographe, Edition Originale

Marcel PROUST Pastiches et mélanges

Marcel PROUST

Pastiches et mélanges

Nrf, Paris 1919, 13x19cm, broché sous chemise-étui.


Edition originale sur papier courant en dépit d'une mention de troisième édition.
Précieux envoi autographe signé de Marcel Proust à René Boylesve.
Notre exemplaire est présenté dans une chemise-étui à rabats en demiu maroquin kaki, dos lisse très légèrement éclairci avec indications bibliophiliques dorées en queue, plats de papier marbré, intérieur de papier vert amande.
Mouillure angulaire très pâle affectant les premiers feuillets.
René Boylesve découvre l’œuvre de Marcel Proust en 1913, à l’occasion de la parution du premier volume de la Recherche. D’abord dérouté par l’écriture proustienne, il se montre bientôt dithyrambique : « Notre œuvre, à nous, est ruinée par celle-là. Nous avons travaillé en vain. Proust supprime la littérature des cinquante dernières années. » (cité par GERARD-GAILLY Émile, « Note liminaire », dans BOYLESVE René, PROUST Marcel, Quelques échanges et témoignages, 1931, p. 24). Quant à Proust, l’admiration à l’égard de son aîné évoquée dans notre envoi n’est pas feinte ; ainsi quelques mois avant sa mort louait-il les romans de Boylesve, célébrant non seulement un « art en apparence si simple et qui dit tout » mais aussi « un perfectionnement suprême de technique » (PROUST Marcel, Correspondance, t.XX et XXI, 1991, p. 332 et 778).
Les deux hommes n’étaient pas proches mais correspondirent à partir de 1917. En faisant parvenir à Boylesve un exemplaire de ses Pastiches et mélanges, Proust dut le ravir : quand il n’écrivait pas, Boylesve était bibliophile. Ainsi, à propos d’un autre de ses ouvrages, Proust eut cette délicate attention : « J’avais une hésitation en ce qui concerne votre exemplaire. D’habitude, ceux qui sont tirés pour moi sans marque d’édition, sont un peu mieux que les "originales". Cette fois-ci, le "mieux" ne m’apparaît pas ; et comme je suis incapable de distinguer le "pur fil" du reste, je ne sais pas, des deux sortes d’exemplaires, ce qui est préférable. [] Vous seriez mille fois gentil de me dire ce que vous voulez. C’est parce que je vous sais bibliophile que vous écris à propos d’un livre de moi, chose de peu d’importance []. » (PROUST Marcel, op. cit., t.XXII, p. 156-157)
Provenance : Bibliothèque Heilbronn (ex-libris).
 

VENDU

Réf : 52983

Enregistrer une alerte


Assistance en ligne