Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 29610 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Edition Originale

STENDHAL De l'amour

STENDHAL

De l'amour

Librairie universelle de P. Mongie l'aîné, Paris 1822, 10,5x17cm, 2 volumes reliés en 1.


Édition originale imprimée à seulement 150 exemplaires, rare et très recherchée d’après Clouzot, de cet essai que Stendhal composa à Milan après sa rencontre en 1818 avec Mathilde Dembowski (1790-1825), la femme qu’il aima le plus passionnément et qu’il ne dut jamais revoir après son départ d’Italie en 1821 ; on la retrouve dans le livre sous le nom de Léonore.
 
Reliure en demi veau caramel, dos lisse orné de filets dorés et à froid refait à l’identique, plats de papier moucheté, contreplats et gardes de papier à la cuve, reliure restaurée de l’époque.
Sans le dernier feuillet contenant les pièces de titre imprimées à découper.
 
Précieux exemplaire offert par Stendhal à Paul-Émile Daurand Forgues, dit Old Nick (1813-1883). Son fils, Eugène Daurand-Forgues, a ajouté une note sur une garde du volume, qui porte également son ex-libris : « Cet exemplaire est celui dont il est question dans la lettre de Beyle à E. D. Forgues, du 29 janvier 1842 ». Dans cette lettre, Stendhal écrivait : « Le papier sera moins laid quand vous aurez fait relier et bien battre les volumes. L’indifférence que j’avais pour les intérêts me fit donner le manuscrit et ne pas surveiller la qualité du papier. Je crains que M. Buloz ne détourne l’imprimeur on me dit, il y a trois ans, qu’il était jaloux. » On s’étonne de ces remarques de l’écrivain sur la qualité du papier, le livre étant imprimé sur vergé. A cette lettre, envoyée deux mois avant sa mort à son ami Paul-émile Daurand Forgues, Stendhal avait donc joint, dans un élan testamentaire, le présent exemplaire de De l’Amour. La lettre est reproduite dans l’édition de la Pléiade : Correspondance III, p. 514-515 ; voir aussi Lucien Pinvert, Un ami de Stendhal, le critique E. D. Forgues, Paris, Leclerc, 1915, p. 19-20.
 
Stendhal et Daurand Forgues s’étaient rencontrés au Cercle des Arts, fondé en 1836 par Prosper Mérimée et ses amis. Chargé de la chronique littéraire dans le journal libéral Le Commerce sous le pseudonyme d'Old Nick, le jeune critique avait soutenu les romans de son aîné et les deux hommes s’étaient liés d’amitié. L’écrivain lui offrit également un exemplaire dédicacé de La Chartreuse de Parme.
 
Très bel exemplaire, d’une remarquable provenance. 

Consulter l'ouvrage de Lucien Pinvert sur l'amitié de Stendhal et Forgues

VENDU

Réf : 52109

Enregistrer une alerte


Assistance en ligne