Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85  - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
   Inclure la bouquinerie
+ de critères

Rechercher parmi 29445 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Edition Originale

Contremuit subito detentis carcere tellus Et Paulo et Sila, subitoque fragore refracti Carceris attonitus custos parat ense corusco Accelerare sibi fatum, sed fonte Iduatur. (Acto. 16.27.) Gravure originale du XVIIe siècle

200 €

Réf : 29933

Commander

Réserver

Poser une question

Johannes STRADANUS (inventor) & Claes Jansz VISSCHER (attribué à)

Contremuit subito detentis carcere tellus Et Paulo et Sila, subitoque fragore refracti Carceris attonitus custos parat ense corusco Accelerare sibi fatum, sed fonte Iduatur. (Acto. 16.27.) Gravure originale du XVIIe siècle

s.n., s.l. (Hollande) (Circa 1600), 33x27,5cm (cuvettes: 26x20,5cm), une feuille.


Gravure originale réalisée au burin par Claes Jansz Visscher, dit le Piscator d'après une peinture du XVI° siècle de Johannes Stradanus.
Epreuve sur papier vergé filigrané, travail du début du XVIIe siècle.
Il s'agit d'une illustration d'un passage des Actes des apôtres, 16.25-28: "Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient. Tout à coup il se fit un grand tremblement de terre, en sorte que les fondements de la prison furent ébranlés; au même instant, toutes les portes s'ouvrirent, et les liens de tous les prisonniers furent rompus. Le geôlier se réveilla, et, lorsqu'il vit les portes de la prison ouvertes, il tira son épée et allait se tuer, pensant que les prisonniers s'étaient enfuis. Mais Paul cria d'une voix forte: Ne te fais point de mal, nous sommes tous ici.".
Légende en latin dans la partie inférieure de la gravure.
Signatures des artistes dans la planche.
Mention numérotée "28" dans l'angle inférieur droit, dans la gravure.
Mention manuscrite "161" en marge dans l'angle supérieur droit de la planche.
Une annotation manuscrite ancienne en caractères grecs sous la cuvette.
Filigrane d'une couronne visible par transparence.
Infimes rousseurs et petites taches marginales, sans atteinte à la gravure, une habile restauration à l'aide d'une petite bande de filmoplast transparent au dos, sinon très bel état de conservation pour cette gravure extrêmement rare et d'une grande fraîcheur.
Johannes Stradanus, dit Giovanni Stradano ou Jan van der Straet est un peintre et graveur flamand, né à Bruges en 1523 et mort à Florence le 11 février 1605. Après avoir commencé à apprendre la peinture auprès de son père, et suite au décès de ce dernier, il poursuit sa formation dans l'atelier de Maximiliaan Frank (de 1535 à 1537), puis dans celui de Pieter Aertsen à Anvers (de 1537 à 1540). En 1545, il est reçu franc-maître à la guilde des peintres anversois. Il commence un voyage à travers l'Europe : en France, puis en Italie, où il séjourne d'abord à Venise, avant de s'installer à Florence. Il y travaille pour Cosme Ier de Médicis et collabore avec Giorgio Vasari pour la décoration du Studiolo de François Ier de Médicis, et celle de la salle de Clément VII du Palazzo Vecchio. En 1565, il fait partie des équipes de peintres et de sculpteurs chargés, sous la direction de Giorgio Vasari, de réaliser le gigantesque décor prévu pour l'entrée dans Florence de Jeanne d'Autriche[1], à l'occasion de son mariage avec François Ier de Médicis. Grandement influencé par les maniéristes, dont Michel-Ange, Johannes Stradanus contribue au développement de la grande peinture d'histoire à l'italienne. Il peint plusieurs retables pour des églises florentines. Il séjourne aussi à Rome de 1550 à 1553 et à Naples en 1576.Après un séjour à Anvers en 1578, il consacre une grande partie de son activité à la gravure.

200 €

Réf : 29933

Commander

Réserver


Assistance en ligne