Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
+ de critères

Rechercher parmi 31433 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Edition Originale

Pedanius DIOSCORIDE & Marcellus VERGILIUS Pedacii Dioscoridae Anazarbei de Medica materia Libri sex [Traité de matière médicale]

8 000 €

Réf : 66812

Commander

Réserver

Poser une question

Pedanius DIOSCORIDE & Marcellus VERGILIUS

Pedacii Dioscoridae Anazarbei de Medica materia Libri sex [Traité de matière médicale]

Filippo Giunta, Florence 1518, in-folio (21x32,5cm), (6 f.) 352 ff. (6 f.), relié.


| La pharmacologie grecque vue par un Humaniste |


Édition originale de la traduction latine de l'humaniste Marcello Virgilio dédiée à Léon X. L'édition princeps, réalisée sur une ancienne traduction de Petrus de Abano (ca. 1250-1316), fut publiée en 1478 à Colle di Val d'Elsa. Le texte originel a quant à lui été rédigé en grec aux alentours de 60 après J.-C.
Page de titre en rouge et noir. 45 lignes par page. Colophon : "Florentiæ per hæredes Philippi Iuntæ Florentini. Anno ab incarnatione Domini.1518. Idibus Octobris. Leone decimo Christiana[m] Rempub. gerente." Superbe marque de l'imprimeur Filippo Giunta au verso du dernier feuillet. Feuillets lavés, une note bibliographique en français en regard de la page de titre

Reliure dite « archéologique » réalisée par Olivier Maupin, hommage au savoir-faire des artisans relieurs de la Renaissance, dos aux nerfs et tranchefiles apparents, caissons recouverts de papier ancien imprimé, ais de bois, le premier recouvert d'un plat humaniste du XVIe siècle, toutes tranches légèrement bleutées. Un manque habilement comblé à la page de titre, restaurations en marge des premières gardes quelques discrets travaux de vers – sans atteinte au texte – sur quelques pages en fin de volume. L'exemplaire a été entièrement lavé.
Nous n'avons pu trouver aucun exemplaire de cette importante édition à la vente, hormis dans le catalogue d'une librairie allemande au XIXe siècle (Ernest Heinemann, Offenbach sur le Mein, 1840).
Provenance : Monogramme couronné H.O. et cachet de la bibliothèque du prince Nicolas Petrovitch d'Oldenbourg (1840-1886) sur la page de titre. Il était l'arrière-petit-fils de l'Empereur Paul 1er, par sa fille Catherine Pavlovna (1788-1819) qui avait épousé Georges d'Oldenbourg. Sa sœur Alexandra épousa le grand-duc Nicolas, fils de l'empereur Nicolas Ier. Son neveu Pierre d'Oldenbourg se maria avec la grande-duchesse Olga, fille de l'empereur Alexandre III.
***
 

Le Traité de matière médicale, constitué de six livres, décrit plus de 800 substances d'origine naturelles (végétales pour la plupart, mais aussi animales et minérales) indiquant leur description, la manière de les récolter ainsi que leurs vertus médicinales.
Cette véritable encyclopédie, originellement rédigé par Dioscoride dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère fut, dès les premières années de sa diffusion, louée par les plus grands esprits de l'Empire romain : Galien lui-même considéra que les descriptions de Dioscoride étaient indépassables et qu'il n'était plus nécessaire de s'atteler à rédiger des ouvrages de pharmacopée.
Le texte circula tout au long de l'Antiquité et du Moyen Âge par des copies du texte grec sur papyrus, parchemin et papier et à travers des traductions en latin, syriaque, arabe, persan et langues européennes.
Néanmoins, cette transmission massive généra de nombreuses erreurs et d'importants contresens qui furent soulignés par les humanistes de la Renaissance.

« L'humanisme est un autre caractère de la Renaissance qui imprima à l'histoire des sciences biologiques un aspect tout particulier. Entendu dans son sens strict, l'humanisme est un retour volontaire et sans réserve à la science antique. La culture intellectuelle qui prévaut au XVIe siècle est le respect de la tradition et de l'autorité des Anciens. Le mouvement littéraire et artistique qui se développe parallèlement au courant scientifique accuse plus franchement encore ce caractère. Au début des Sciences naturelles nous trouvons cette tradition et cette autorité plus fermes que partout ailleurs. Ainsi l'œuvre des érudits porte des fruits qu'ils n'avaient pas toujours prévus. Grâce à eux, on vit affluer les éditions et les traductions des anciens ouvrages d'Histoire naturelle. […] Marcellus Vergilius traduit à nouveau Dioscoride. […] Toute la pléiade des humanistes italiens, allemands, français, anglais travaille à faire mieux connaître les ouvrages anciens, qui sont, au milieu du XVIe siècle, aussi bien compris qu'aujourd'hui. » (Émile Callot, La Renaissance des sciences de la vie au XVIe siècle)



Rare exemplaire de cet important ouvrage de pharmacologie, emblème de la détermination des humanistes de la Renaissance à retrouver les sources des Anciens et à faire perdurer leurs textes.

8 000 €

Réf : 66812

Commander

Réserver


Assistance en ligne