Librairie Le Feu Follet - Paris - +33 (0)1 56 08 08 85 - Nous contacter - 31 Rue Henri Barbusse, 75005 Paris

Livres anciens - Bibliophilie - Œuvres d'art


Vente - Expertise - Achat
Les Partenaires du feu follet Ilab : International League of Antiquarian Booksellers SLAM : Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne






   Edition originale
   Autographe
   Idée cadeaux
   Inclure la bouquinerie
+ de critères

Rechercher parmi 28991 livres rares :
éditions originales, livres anciens de l'incunable au XVIIIè, livres modernes

Recherche avancée
Inscription

Conditions de vente


Moyens de paiement :

Paiement sécurisé (SSL)
Chèques
Virement bancaire
Mandats administratifs
(Musées et Bibliothèques)


Délais et tarifs de livraison

Conditions générales de vente

Julien Jean Offroy de LA METTRIE Oeuvres philosophiques

3 000 €

Réf : 53702

Commander

Réserver

Poser une question

Julien Jean Offroy de LA METTRIE

Oeuvres philosophiques

S.n., à Amsterdam 1764, in-16 (7x12,5cm), 230pp. (4) et 326pp. et 108pp., 3 volumes reliés.


Seconde édition collective, plus complète que celle parue en 1751 à Berlin, et contenant en plus Anti-Sénèque (Discours sur le bonheur), L’Art de jouir, L’Homme plus que machine (qui constitue le tome III). Rare.
Reliures en plein maroquin bordeaux d’époque. Dos lisses ornés. Pièces de titre et de tomaisons dorées. Triple filet d’encadrement sur les plats. Tranches dorées. Une ligne de décoloration sur un plat du tome III. Possible restauration sur le plat inférieur du tome II. Très bel exemplaire, rare dans cette condition.
L’importance des thèses philosophiques de La Mettrie n’a cessé de croître depuis le XVIIIème, et son éloge aujourd’hui n’a d’égal que la haine qu’il suscita à son époque pour sa négation de l’idée de l’âme et ses théories sensualistes. C’est l’étude de la médecine qui le porta à la conclusion que les phénomènes psychiques ne sont que les effets des changements organiques. Ses thèses radicalement matérialistes, qui refondent le cartésianisme et ses notions mécanicistes, font de l’homme un animal supérieur et abolissent la notion de l’âme, rejetant tout idée de Dieu. Rejeté de Paris et de Leyde, il fut accueilli à Berlin par Frédéric II, radicalisant ses positions dans ses ouvrages. Il s’opposera aux philosophes de son temps en prônant une recherche du bonheur basée sur les plaisirs des sens, la vertu étant ramenée au plaisir d’aimer, thèse qu’applaudira le Marquis de Sade. 

3 000 €

Réf : 53702

Commander

Réserver


  Assistance en ligne